MENUMENU

Podcast - Dire non pour mieux dire oui

par Les Makeuses | Les Makeuses, le blog

Salut les Makeuses,

aujourd’hui, je vais vous parler d’un mot magique, d’un mot extraordinaire, d’un mot merveilleux * roulements de tambour * : le mot ” Non “.

Comment ça tu le savais déjà ? Ah oui, tu as lu le titre. Allez, on enchaîne quand même 😊

Savoir dire “non”. Dire “non”. Comment dire “non” ? Pourquoi dire “non” ? Faut-il dire “non” ? Ce sont des sujets qui reviennent régulièrement dans le monde du développement personnel.

Petit disclaimer, je ne suis pas coach. Dans cette rubrique, on retrouvera plus du partage d’expérience que des articles de motivation, de coaching. On ne se connaît pas encore bien toutes les deux, mais tu sauras que je suis animée par une curiosité brûlante et que j’ai toujours envie de partager ce que j’apprends, ce que je découvre, ce qui me permet d’avancer. C’est d’ailleurs comme ça que les Makeuses sont nées 🙂

Revenons à la question du non.

Dire « non », ce n’est pas toujours une évidence, et pour certain c’est un défi quotidien. Étrangement, pour d’autres, c’est carrément la clé du succès. Je pense ici à Warren Buffet (milliardaire qui a déjà été la deuxième personne la plus riche du monde) et qui a dit ceci :

« La différence entre les personnes qui ont réussi et les personnes qui ont vraiment réussi, c’est que les personnes qui ont du succès disent non à presque tout ».

Les multimilliardaires ne me font pas rêver, mais, pour le coup, ça permet d’avoir un autre regard sur ce tout petit mot qui bloque tant de personnes.

Si pour vous, dire « non » est très difficile, sachez que dire « oui » à tout n’est pas non plus la solution. Faire des choses que l’on ne veut pas vraiment, c’est gaspiller son temps, ne pas être aligné, ne pas être en accord avec ses valeurs, ne pas se respecter et bouffer son énergie si précieuse dans des actions qui ne le méritent pas.

 

Pourquoi ne sait-on pas dire non ?

 

Est-ce que tu t’es déjà demandée pourquoi tu ne sais pas dire non ? Pourquoi quand ton client t’a demandé de travailler le week-end, tu as dit oui ; alors que ce week-end là, tu avais VRAIMENT besoin de faire une coupure ? As-tu pris le temps de chercher une alternative ? De négocier ?

 

Parce que tu veux éviter les conflits et être serviable

En évitant de dire non, en essaye surtout d’éviter les conflits et on souhaite paraître agréable. C’est ce que le docteur en sociologie Caryn Aviv nomme le People Pleasing que je traduirais maladroitement par « L’envie d’être plaisant ». Selon Caryn Aviv, le People Pleasing c’est cet état qui est nourri par le besoin de chercher chez les autres les 3 A :

  • l’affirmation,
  • l’approbation,
  • l’acceptation.

Elle évoque le fait que les femmes sont plus touchées par cet état – elle parle même de problème « systémique » et elle n’est pas la seule à l’affirmer. Nous avons – en grande majorité – été conditionnées pour être attentionnées, serviables et disposées à donner de notre temps, bref, être disponible.

Au niveau économique c’est assez frappant. Les femmes négocient rarement le salaire qu’on leur propose. Elles sont plus disposées à prendre un travail parce que « c’est déjà ça », « c’est pas si mal » bien que ce dernier ne soit absolument pas en accord avec le chemin de vie qu’elles souhaitent emprunter.

 

Parce que tu as la trouille, les pétoches, les pépettes

 

L’exemple du travail est parlant, et je sais de quoi je cause puisque je l’ai vécu. Quand j’ai déménagé dans les Pyrénées, je me suis retrouvée sans boulot, sans mes acolytes entrepreneurs avec qui j’ai lancé ma première entreprise, et surtout sans réseau. Après avoir cherché un travail salarié avec mon niveau d’étude en vain, je suis retournée voir une énième fois ma conseillère Pôle Emploi qui m’a dit ceci :

« C’est très bien vos diplômes (un bac+5 « Patrimoine Multimédia et Tourisme »), quand vous faîtes du tourisme, du coup vous savez plein de choses, mais je pense pas que ça va vous être très utile pour trouver du travail. Par contre, j’ai ce poste pour du service client par chat, ça me paraît plus réaliste ».

Et je me suis dit : « c’est déjà ça ». J’ai eu peur de ne pas trouver un autre travail, ou de devoir faire pire.

Et j’ai passé 3 ans à faire un travail absolument sans aucun intérêt, stressant, et mal payé. Tout ça parce que, ce jour-là, je n’ai pas eu le courage de dire « non », j’ai préféré me dire « c’est déjà ça ».

En disant « non » à une opportunité que tu ne sens pas, tu laisses la possibilité à d’autres opportunités de se présenter !

Avant de voir comment dire « non », je voudrais te motiver un peu en te parlant des principaux avantages de faire figurer plus souvent ce petit mot dans ton vocabulaire.

 

Les avantages de savoir dire non

 

Raison n°1 : Dire « non », c’est un premier pas vers la sérénité et la confiance en soi

 

Que ce soit au niveau personnel ou professionnel (souvent quand on est entrepreneuse, les deux sont intimement liés), dire « non » est salvateur. Quand on a le courage de dire « non » on est plus heureux, plus en accord avec son moi intérieur et du coup naturellement plus efficace au niveau pro.

En disant « non », on reprend aussi le contrôle de la situation et on renforce sa confiance en soi si précieuse.

 

Raison n°2 : Il est impossible de toujours dire « oui »

 

C’est une évidence, mais peut-être n’en as-tu pas vraiment conscience? Tu ne peux pas dire oui à tout et à tout le monde. Ton temps n’est pas élastique, tu as tes propres priorités. Si tu dis oui à tout, tu vas finir par imploser, ou exploser, comme tu préfères.

 

Raison n°3 : Dire « non », c’est fixer des limites

 

Et fixer des limites avec certaines personnes, c’est tout simplement essentiel. Car, consciemment ou inconsciemment, certaines personnes vont tirer parti de cette incapacité à dire non et en demander toujours plus. Je te renvoie alors au point n°2. Et non, l’implosion n’est pas une option !

 

Raison n°4 : Dire « non », c’est aussi se dire « non » à soi

 

Et oui, dire « non » c’est une compétence comme les autres. Une fois qu’on l’a développée, on est en mesure de l’appliquer dans tous les domaines. Alors cette 3ième crêpe au Nutella, tu trouveras bien le moyen de te discipliner et de te dire « non ».

 

Raison n°5 : « Être libre, c’est savoir dire « non » », Jean-Paul Sartre

 

En disant plus souvent « non », tu vas ressentir un souffle de liberté, et c’est normal. Non seulement tu reprends en main ton planning (il ne dépend plus des autres), mais tu as ce luxe merveilleux de ne dire « oui » qu’à des choses que souhaites faire. Tu retrouves la liberté de dire « oui ». Je trouve cette idée hyper exaltante !

 

Comment dire « non » 

 

Normalement, après l’énoncé de ces 5 raisons, tu devrais être prête à sauter le pas (en tout cas je l’espère très très fort). Pour t’aider, je vais te donner 3 astuces pour dire « non » plus facilement.

 

Astuce n°1 : Suggérer des alternatives.

 

Ton client souhaite prendre rendez-vous avec toi demain à 19h30. Objectivement, c’est compliqué : tu as tes enfants et personne pour les récupérer à l’école. Tu n’as pas envie de payer une baby-sitter parce que tu voudrais sortir samedi soir et que ton budget n’est pas illimité. Cependant, c’est un client important, tu n’as pas envie de le froisser, et, à vrai dire, qui que soit ton client, tu es plutôt du genre serviable. Si tu dis « non » de but en blanc à ton client, en effet, il risque de tiquer. Par contre, si tu proposes différentes alternatives – pourquoi pas de te déplacer jusqu’à son bureau afin d’avancer le rendez-vous ou de le décaler un matin très tôt parce qu’à ce moment-là, la garderie est ouverte ? – ton refus ne va pas apparaître comme un refus.

 

Astuce n°2 : N’hésite pas à expliquer pourquoi tu dis « non »

 

Expliquer ce n’est pas se justifier. Quelquefois, proposer une alternative suffit, mais d’autres fois, prendre une petite minute pour compléter son « non », le rend plus intelligible, lui donne du sens.

Non, je ne vais pas traverser la ville pour aller faire cette course pour toi, j’ai un rendez-vous. Certaines personnes, trop habituées à tes perpétuels « oui » risquent d’être surprises, de tenter de négocier voire de prendre la mouche. Cependant, quelqu’un qui te respecte saura accepter ce « non ». Tu es la plus à-même de déterminer comment gérer ton temps.

 

Astuce n°3 : Si besoin, prends un peu de temps avant de dire non, mais pas trop

 

Quand dire “non” paraît délicat, prends un peu de temps pour faire le point afin de t’assurer que non, tu n’as pas vraiment envie de faire cette chose là et ainsi dire « non » avec conviction et sans doute, ni culpabilité. Attention cependant à ne pas trop attendre. Tu risquerais d’être stressée par cette nécessité de donner une réponse. Or, le but de la manœuvre, au contraire, c’est de gagner en sérénité.

 

En résumé :

 

  • On n’ose pas dire non car :
    • On ne souhaite pas être rejetée ou déplaire.
    • On a peur, notamment de rater une opportunité.

 

  • Pourquoi c’est génial de savoir dire non :
    • Parce que c’est le début de la sérénité.
    • Parce qu’il n’est pas possible de toujours dire oui.
    • Parce que dire « non » c’est aussi fixer des limites avec les autres.
    • Parce que c’est aussi apprendre à se dire « non » à soi.
    • Parce qu’être libre, c’est savoir dire non.

 

  • Et comment dire non sans trop de difficultés :
    • En donnant des alternatives.
    • En prenant le temps d’expliquer (mais pas de se justifier) si besoin.
    • En prenant un peu de recul avant de donner son « non ».

 

Dire « non », ce n’est pas facile, surtout au départ, mais c’est une vraie libération. Et ce qui est joli dans ce « non » c’est qu’il ouvre la porte à tout un tas de « oui ». Et pas n’importe quels « oui », les « grands oui ». Les « oui » qui viennent du fond du cœur. Si je dis « oui » c’est parce que j’ai vraiment envie de le faire. Si je traverse la moitié de la ville pour faire une course pour toi, ce n’est pas parce que c’est une mauvaise habitude, c’est parce que j’ai envie de te faire plaisir et que j’apprécie pleinement de te rendre service. Si je dis « oui » à cette opportunité, c’est parce que je sais que celle-là, elle correspond à ce que j’attend de la vie. Peut-être que c’est une erreur, que c’est un mauvais choix, mais ce sera le mien : un choix pleinement conscient et assumé.

    Si toi aussi tu as des astuces pour dire “non” ou si tu as des expériences à partager avec les autres Makeuses, n’hésite pas 🙂 !

    Comme d’habitude, cet article est également disponible en format audio 😉

    A très vite,

    Ceuline